top of page

PIFFF (2023) (Jour 2) (Stopmotion, The last stop in yuma county)

Vendredi 8 décembre















Initialement connu pour ses courts-métrages glauques en Stopmotion, le réalisateur Robert Morgan donne partiellement le rôle de sa vraie vie à Ella - sa principale protagoniste - une femme travaillant dans le domaine du stopmotion sous la contrainte de sa mère envahissante la forçant à terminer son œuvre. Mais un drame funeste va amener Ella à reconsidérer sa création sous une autre...forme.

Véritable film méta alternant entre cinéma et stop-motion, ce premier long-métrage (intitulé justement ..."Stopmotion") s'aborde comme une œuvre autobiographique de son réalisateur qui opte pour un univers fantasmagorique cauchemardesque et montre comment, littéralement et allégoriquement, il est possible de donner vie à sa création jusqu'à ce qu'elle nous dévore.

Entre onirisme et morbide, l'atmosphère sombre de ce premier long-métrage nous envoute autant qu'il crée des questionnements par la métaphysique de son sujet.

Par ses idées glauques, Robert Morgan ne lésine pas non plus sur quelques scènes particulièrement gore bien intégrés au milieu d'une envolée visuelle complétement dingue.

Si l'on est pas hermétique à ce type d'univers il est difficile de ne pas être séduit par cette œuvre totalement singulière.






















Lorsque la clientèle hétéroclite d'un diner au beau milieu du Texas se trouve importunée par des braqueurs on imagine un cinéma assez proche de celui de Tarantino ou des frères Cohen, et avec les moyens du bord et toutes proportions gardées "Last stop in Yuma county" de Francis Galuppi revendique ces influences en faisant quelque chose de totalement fonctionnel et bien huilé.

Une bonne recette, des éléments efficaces, des mécanismes de tension effectifs et tout se déroule avec fluidité pour un 8 clos qui captive et qui marche.

Sans grandes ambitions mais avec une écriture intelligente "Last stop in Yuma county" offre un divertissement tout à fait appréciable exploitant pleinement son potentiel.



– Tinam (S.M)

Sadique-Master 2023 – droits réservés

31 vues0 commentaire
bottom of page