top of page

PIFFF (2022) (Jour 2) (The Ederly, Missing)


























Seconde journée et nous entamons avec, je dois l'avouer, un film qui ne m'enchantait pas réellement et que j'assimilais hâtivement (à tort ou à raison) à un cinéma Espagnol horrifique très convenu et trés lisse tel que l'on peut assez souvent en retrouver. Hélas, difficile de ne pas constater que dans sa première partie - autant sur la mise en scène que la réalisation - "The Ederly" (qui nous est beaucoup comparé à un continuité plus aboutie du "Abuela" - traitant aussi des personnes âgeées inquiétantes - de Paco Plazza) n'échappe pas vraiment aux craintes qui pouvaient être attendues. Pas vraiment passionnant dans son histoire de rébellion diabolique du 3éme âge généralisée, le film prend cependant une tournure eschatologique assez inattendue sur son dernier quart et, même si celui-ci n'a pas vraiment grand sens, il peut au moins se targuer d'apporter un grain de folie et un aspect étonnamment divertissant.

























Portant plus ou moins le même problème que pour Ederly, "Missing" de Shinzô Katayama reprend les poncifs déjà bien éculés du cinéma - Coréen cette fois-ci - et ses entremêlements narratifs confus, ses éternelles traitrises entre ses personnages et son pathos souvent trop désincarné.

Partant pourtant d'un postulat intéressant où il est notamment question de meurtre consentant et d'un père à la recherche d'un tueur en série pour toucher une décompense , "Missing" dresse ses thématiques qui, hélas, se perdent dans une narration à la fois trop surchargée et trop étendue où le potentiel émotionnel ne prend définitivement pas.



- Tinam (S.M)

Sadique-Master 2022 – droits réservés

34 vues0 commentaire
bottom of page