Lost boys - Drogue, sexe, violence et...descente aux enfers (Documentaire)

Dernière mise à jour : 1 juil.




En 2010, Joonas Neuvonen a choqué la Finlande avec "Reindeerspotting: Escape from Santaland", un documentaire retraçant en vidéos la sombre spirale autodestructrice de son ami Jani, voleur et toxicomane dur en perdition dans les rues enneigées de Rovaniemi (ville de Finlande considérée comme "Le village officiel du Père-Noël"). Le film rencontre un succès inattendu et entame un circuit dans les festivals jusqu'à devenir plus que rentable. Le duo Joonas/Jani part alors fêter ça en Asie du Sud-Est sans perdre les bonnes habitudes ponctuées de drogues dures et de sexe tarifé. Mais alors que Joonas repart à ses affaires, Jani et leur ami Antti décident de rester encore un certain temps afin de se dépraver jusqu'à l'extrême et profiter de ce que la Thaïlande et le Cambodge ont à offrir de plus sale.



Dix ans après, ce nouveau road-trip documenté en images s'étendant jusqu'au pays des Khmers rouges donne alors naissance à "Lost boys" dont le titre traduit non seulement la perdition de nos protagonistes mais surtout se conclut sur leur incompréhensible et terrible...disparition. Alors que leur périple s'est terminé au Cambodge, Joonas ne parvient plus à obtenir aucune nouvelle de ses deux amis disparus sans laisser de trace et tente vainement de chercher des explications.

Que s'est il alors vraiment passé ? Une chose est certaine : "Lost boys" est un film que l'on ne peut faire qu'une fois dans sa vie et qui pose de nombreux dilemmes moralement complexes (certains diront "douteux") quant à la monstration de la déchéance et de la violence réelle.



Ce faux idylle dresse aussi le portrait d'un pays encore meurtri par la violence de son histoire dont le passé pas si lointain semble encore bien omniprésent sous certaines formes. D'ailleurs, "Lost boys" ne manque pas aussi d'établir le contraste entre la réalité et certaine forme de naïveté typiquement occidentale où de jeunes Européens voient ces pays une occasion de franchir la ligne rouge en toute insouciance.

Détaché de toute forme d'esthétisation, de romantisme ou d'aseptisation, ce nouveau documentaire choc de Joonas Neuvonen montre une réalité brute qui rompt radicalement avec la glamourisation d'un Trainspotting ou de même n'importe quel film sur le sujet.




– Tinam (S.M)


Sadique-Master 2022 – droits réservés








431 vues0 commentaire