Asmodeus – retour au cinéma horrifique pour Eric Falardeau (2020) (NEWS)

Déjà 8 ans qu’Eric Falardeau a frappé le cinéma horrifique indépendant avec le terriblement organique « Thanatamorphose » qui lui a valu une reconnaissance internationale auprès des fans du genre. Aboutissement indéniable et continuité direct de sa thèse « Vers une exposition de la haine : gore, pornographie et fluides corporels » publié en 2007 et déjà cinématographiquement amorcée en format court par « Purgatory » il en convient que Thanatamorphose marque un tournant décisif dans sa filmographie. Bataillant jusque là avec les institutions, on l’a vu revenir récemment avec le segment Thing from the Lake pour l’anthologie porno-fantastique Under the Bed.

Mais il nous annonce désormais se consacrer à son nouveau court métrage intitulé « Asmodeus ». Inspiré de l’avant-garde américaine (Anger, Brakhage, Deren), du cinéma muet, de l’art transgressif et des auteurs occultes (Crowley, Lévi, LaVey), Asmodeus un voyage cinématographique expérimental et occulte mêlé à un autoportrait sanglant d’Eric Falardeau lui-même interprétant le rôle principal. On apprend d’ailleurs que durant son rituel, il invoque et rencontre trois différentes incarnations féminines du démon lubrique. Au delà d’un choix judicieusement porté vers des effets spéciaux traditionnels à l’ancienne, on sait que le film est tourné en pellicule super8mm noir et blanc par le directeur photo Luc Desjardins. Afin de conserver d’autant plus cette aura indépendante, Eric Falardeau opte pour une bande son originale composée par son groupe « The SerVant »

Ce projet devant se concrétiser, une campagne ullule est lancée afin d’obtenir la modeste somme de 2500$ et de vous proposer de bien intéressantes contreparties limitées.

Tinam (S.M)

Sadique-Master 2020 – droits réservés

0 Partages
Cet article a été publié dans Non classé. Mettre en favori le Permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *