Menu
0 stars

Géradmer (2019) (Jours 4 et 5) (Aniara, Dead Ant + Palmares)

, , , , , ,  

Film de science fiction/anticipation Suédois (pays en pleine expansion cinématographique dans le cinéma dans le « genre »), par son pitch Aniara s’impose comme l’un des films les plus intéressants de la compétition. Les ressources terrestres exploitées et épuisées, ce qu’il reste de l’humanité embarque à bord de plusieurs vaisseaux spatiaux confectionnés afin de reproduire les conditions de vie de la terre à travers de géants centres commerciaux et autres lieux dédiées aux différentes occupations et activités habituelles. Ainsi, même hors de la terre les humains reproduisent la société consumériste qui en a causé la destruction. Le géant vaisseau faisant office de ville temporaire se dirige vers mars afin de coloniser ce nouveau lieu de vie; mais cette expérience initiée par un scientifique visionnaire aux allures de gourou se trouve perturbée lorsqu’un accident les fait dévier de leur trajectoire pour une durée…indéterminée. Sur un rythme lent qui parfois peut s’avérer harassant pour le spectateur mais essentiel à la représentation de l’état d’esprit des passagers, Aniara du duo Pella Kågerman/Hugo Lilja dresse plusieurs constats sociaux et anthropologiques et passe, par son concept, de nombreux messages parfois pertinents. Une ambiance anxiogène – accompagné de quelques scènes surprenantes ( comme l’orgie mystique) –  parvient à s’instaurer même si la narration semble parfois stagner dans quelques monologues.

Installés dans la salle pour la traditionnelle « nuit décalée » à laquelle nous assistons pour la première fois, une première présentation nous est adressée et l’équipe du premier film diffusé (le délirant film Français Girls With balls déjà chroniqué ici) débarque en folie, déguisée dans la salle, et entame différentes animations, lance des confettis et autre sur le public. On ne peut nier qu’ils mettent sacrément l’ambiance; ce qui contraste plutôt fortement avec les habituelles séances du festival souvent sans même une présentation. Second film tout aussi absurde en provenance cette fois-ci des USA, Dead Ant nous embarque dans la tournée fauchée d’un groupe de Glam-metal intitulé « Sonic grave » encore nostalgique de son unique buzz et qui compte revenir sur les devants de la scène. Mais compliqué puisqu’en plus de ne faire que picoler et se droguer, ils provoquent la colère de géantes fourmis toutes décidées à les décimer un à un; eux et leurs fans. Absurde, drôle et dynamique Dead Ant remplit son contrat et diverti comme il se doit.

Palmarès :

Grand Prix : Puppet Master : The Littlest Reich de Sonny Laguna et Tommy Wiklund
Prix du Jury ex-aequo : Aniara de Pella Kagerman et Hugo Lilja et The Unthinkable de Crazy Pictures
Prix de la critique : The Unthinkable de Crazy Pictures
Prix du jury Syfy :The Witch de Park Hoon-jung
Prix du jury jeunes : The Unthinkable de Crazy Pictures
Prix du public : Puppet Master : The Littlest Reich de Sonny Laguna et Tommy Wiklund
– Tinam (S.M)

Sadique-Master 2018 – droits réservés

The following two tabs change content below.

Sadique-master

Admin/Créateur de sadique-master Écrivain et chroniqueur.
  • Les point positifs

  • Les points négatifs

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :