Menu
5 stars

Corps exquis (Poppy Z. Brite) (Critique)

, , , ,  

Synopsis : Andrew Compton, un serial killer anglais, s’évade de prison en se faisant passer pour mort. Réfugié aux U.S.A., à la Nouvelle-Orléans, il rencontre par hasard un autre prédateur, Jay Byrne. L’histoire d’amour qui va unir ces deux psychopathes cannibales et nécrophiles ne les empêchera pas de semer le désordre dans le statu quo ambiant et de laisser dans leur sillage une piste sanglante.

Corps exquis porte derrière lui une réputation sulfureuse, controversée, et à connu bon nombre d’ennuis avec la censure. Traitant des thèmes tels que la nécrophilie et le cannibalisme, le contenu pervers de ce roman n’est plus un mystère.
Mais, réduire Corps exquis à une simple oeuvre hautement déviante serait une grande erreur.
Poppy est connue pour son écriture singulière et ses romans parfois noirs et mélancoliques, mais jamais elle n’avait encore côtoyé et encore moins circonscrit de tels sujets.
C’est ici que la quintessence de la plume féminine brille aux éclats, avec un raffinement stylistique des plus subtiles et une perversité profondément décalée insécable d’une poésie somptueusement incisée.
Corps exquis pourra parfois nous rappeler les romans les plus sombres de Gabrielle Wittkop établissant la même délicatesse efféminée, cette touche unique et pourtant propre à l’identité de l’auteur.

Possédant un lyrisme indéniable dés les premières lignes, il est impossible de ne pas succomber au poids des mots consciencieusement alignés telle la sorcellerie évocatoire dont parlait Baudelaire, impossible que les phrases minutieusement composées ne broient pas le lecteur.
Dés le départ, c’est d’un véritable plongeon en apnée dont il s’agit, les monologues lacérants et confessions bouleversantes de Andrew annoncent la couleur. La nature humaine dans sa lucidité la plus crevante est là, dans ce chef d’oeuvre littéraire comme émotionnel.

Avant d’entamer le récit, une anecdote concernant Dahmmer nous est confiée :

D’après le compte rendu de l’autopsie du tueur en série Jeffrey Dahmmer, effectuée en 1994, le cadavre est resté les pieds enchaînés durant toute la procédure « Si grande était la terreur inspirée par cet homme », pour citer Robert Huntington, médecin légiste.

Le rapport avec notre cher cannibale de Milwaukee s’établira durant l’évolution du roman et le dévoilement de nos deux protagonistes, surtout un.
Rentrer le quotidien, l’intimité, les faiblesses, le cerveau d’un des êtres les plus initialement abjects que le monde ait connu, voilà où réside toute la force de Corps exquis.
Car suivre la vie de deux des âmes les plus noires n’est pas sans conséquence.
Chaque parcelle la débauche explicitement exposée est amenée avec un réalisme hors du commun, une crédibilité glaçante et une connaissance de la psychologie comme de la physiologie époustouflante.
Et malgré que Corps exquis soit clairement macabre, il est aussi extraordinairement beau, sensuel et d’une profondeur jamais égalée.
L’âme de ce roman est quelque chose d’indéniable, impossible de lui ôter, jamais il ne s’en dispense.
Bien que le cannibalisme et la nécrophilie déjà cités auparavant apparaissent au premier abord comme quelque chose d’abjecte, de peu éthique, ils découlent ici sur un amour insatiable, une fusion de deux corps, de deux êtres (la couverture en démontrera).
En tant que transgenre, Poppy en profite aussi pour parler de deux thèmes qui lui tiennent particulièrement à cœur, le Sida et l’homosexualité.

La magie de Poppy possède assurément des vertus héréditaires permettant d’imager à la perfection ses écrits, de desceller l’émotion et la sensibilité exacerbée dont recèle chaque ligne. Inutile de dire que c’est aussi fonctionnel pour les passages les plus dérangeants.
On ressort de ce monument littéraire éprouvé, subjugué, sublimé, et surtout profondément marqué.
Corps exquis est une oeuvre purement magnifique et totalement dévastatrice.

– SM
 

The following two tabs change content below.

Sadique-master

Admin/Créateur de sadique-master Écrivain et chroniqueur.
  • Les point positifs

  • Les points négatifs

  • Note ( 10/10 )

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :