Les dossiers Sadique-master : Dissection du cinéma underground extrême (Livre)

Résumé : Nous savons déjà que les comédies sont conçues pour faire rire, que l’action se doit de divertir, que l’horreur procure frissons et angoisses, que le porno excite, que le drame provoque des larmes. Mais que sait-on d’oeuvres comme Subconcious Cruelty, Begotten ou Melancholie der Engel ? Absolument rien. C’est l’étrangeté totale, l’expérience de l’inconnu. C’est cette ascension vers un ailleurs mental qui rompt avec toutes les conventions cinématographiques et artistiques, en les transgressant. Plusieurs questions s’imposent : qu’est-ce qui a pu contribuer à la création et à l’évolution d’un tel cinéma ? Et pourquoi aimons-nous cet art si singulier, sensé nous inspirer de la répulsion ? Pourquoi exerce-t-il chez nous une telle attraction ? Les réponses se trouvent dans ce livre. Rétrospectives et dissections sont les méthodes appliquées pour explorer tous les horizons possibles et imaginables d’un certain cinéma extrême, allant du gore allemand aux films undergrounds new-yorkais des années 80, au Bis d’exploitation crasseux et immoral, aux OFNI expérimentaux les plus déments, jusqu’à l’intégration de la pornographie dans le cinéma déviant. Nous analyserons les éléments majeurs de cet art si fascinant, les cinéastes bafoués, censurés, relégués dans leur microcosme, ceux qui ont osé. Nous aborderons le mythe du snuff movie, explorerons les oeuvres trop ambigües pour être évoquées ailleurs, les inabordables, les inaccessibles, celles dont personne ne veut parler et qui, à ce jour, demeurent encore inconnues pour d’obscures raisons.
Continuer la lecture
Publier dans Non classé | laissez un commentaire

Suspiria (2018) (Luca Guadagnino) (Critique)

Synopsis : Susie Bannion, jeune danseuse américaine, débarque à Berlin dans l’espoir d’intégrer la célèbre compagnie de danse Helena Markos. Madame Blanc, sa chorégraphe, impressionnée par son talent, promeut Susie danseuse étoile.
Tandis que les répétitions du ballet final s’intensifient, les deux femmes deviennent de plus en plus proches. C’est alors que Susie commence à faire de terrifiantes découvertes sur la compagnie et celles qui la dirigent…

Tout d’abord, affranchissez vous du « culte » que vous pouvez porter à l’oeuvre originale d’Argento pour réellement apprécier et digérer cette vision complètement nouvelle de Luca Guadagnino qui peut en désarçonner plus d’un.

Continuer la lecture

Publier dans Critiques | laissez un commentaire

St Agatha (2019) (Darren Lynn Bousman) (Critique)

Présenté comme un nunsploitation horrifique, St Agatha déroge avec les thématiques habituelles traitées par son réalisateur Darren Lynn Bousman connu essentiellement pour plusieurs volets de la saga Saw.
Le creuset de la nunspoitation qui nous attire généralement chez Sadique-master se trouve dans cette alliance de blasphème frontal et d’érotisation irrévérencieuse mêlée parfois à une dose de gore ainsi qu’à divers sévices. De tout ça, St Agatha n’en reprend sur les sévices, et ceux-ci s’avèrent majoritairement psychologiques même si il se laisse aller parfois à quelques rares excès graphiques en hémoglobine. Donc point d’effusion de sang abondante ni de saphisme entre de séduisantes nones dénudées.

Continuer la lecture

Publier dans Critiques | laissez un commentaire

Géradmer (2019) (Jours 4 et 5) (Aniara, Dead Ant + Palmares)

Film de science fiction/anticipation Suédois (pays en pleine expansion cinématographique dans le cinéma dans le « genre »), par son pitch Aniara s’impose comme l’un des films les plus intéressants de la compétition. Les ressources terrestres exploitées et épuisées, ce qu’il reste de l’humanité embarque à bord de plusieurs vaisseaux spatiaux confectionnés afin de reproduire les conditions de vie de la terre à travers de géants centres commerciaux et autres lieux dédiées aux différentes occupations et activités habituelles. Continuer la lecture

Publier dans Non classé | laissez un commentaire

Géradmer (2019) (Jour 3) (Zoo + nuit Ozploitation)

Love story dans un contexte post-apo servant surtout de prétexte au développement du concept, Zoo d’Antonio Tublen se veut avant tout une romance avec l’ajout, en second plan, de quelques éléments du cinéma horrifique. Un couple en fin de vie voit ses sentiments renaître lorsqu’une contamination zombie les oblige à rester chez eux et à cohabiter avec plus de signifiance mutuelle. Continuer la lecture

Publier dans Non classé | laissez un commentaire

Géradmer (2019) (Jours 1 et 2) (Escape game, Rampant)

Séance d’ouverture de Geradmer, Escape Game d’Adam Robitel introduit les festivités avec un film au titre on ne peut plus évocateur sur son contenu ainsi que son concept. Différentes personnes de différents milieux sociaux reçoivent une mystérieuse boîte supposément impossible à ouvrir renfermant une invitation pour un escape game avec à la clef une somme de 1 million de dollars pour le vainqueur. Continuer la lecture

Publier dans Non classé | laissez un commentaire

Festival International du Film Fantastique de Gérardmer (2019) – 26éme édition

Puisqu’il n’est jamais trop tard pour découvrir de nouveaux événements consacrés au cinéma de genre, pour la première année Sadique-master se rend dans ce décor enneigé et vient assister pour la première fois à une édition du Festival international du film Fantastique de Géradmer – la 26éme édition précisément.  On y retrouve par ailleurs certaines belles découvertes de festivals tels que le PIFFF ou l’Etrange festival mais aussi multiples nouveautés que nous avons hâte de découvrir, des courts comme des longs métrages.

Déjà, la présidence du jury long métrage se trouve marquée par Benoît Delépine et Gustave Kervern (réalisateurs, scénaristes, producteurs et comédiens) – ceux ci accompagnées d’autres jurés tels que Vanessa Demouy (comédienne et mannequin, Fabrice du Welz (réalisateur et scénariste), Ana Girardot (comédienne et scénariste), Astrid Bergès-Frisbey (comédienne), Marie Gillain (comédienne), Yann Gonzalez (réalisateur et scénariste).

Continuer la lecture

Publier dans Non classé | laissez un commentaire

PIFFF (2018) (Jour 6 + palmarès ) (What keeps you Alive, We)

Curieux thriller/slasher dont j’ai déjà lu quelques éloges, je portais déjà un intérêt sur ce fameux « What keeps you alive » de Colin Minihan qui semblait proposer une oeuvre de genre plutôt singulière.
Deux femmes mariées en séjour idyllique pour fêter leur anniversaire de mariage se retrouvent dans un coin reculé où l’une d’entre elles chassait avec son père durant son enfance. Continuer la lecture

Publier dans Non classé | laissez un commentaire

Nouveau label Unearthed Films : TOO EXREME FOR MAINSTREAM

Dans le monde du cinéma indépendant, les distributeurs à proposer des films réellement extrêmes issus de la sphère underground se comptent les doigts d’une main amputée. On les connaît; Unearthed films et Blacklava peuvent se targuer d’être les principaux promoteurs de la déviance du 7éme art.

Continuer la lecture

Publier dans Non classé | laissez un commentaire

Les meilleurs films de 2018 : Classement Sadique-master – TOP 20

TOP 20

20: Life guidance (de Ruth Mader)
Synopsis : Alexander Dworsky mène une vie parfaitement réglée. Sa carrière professionnelle et familiale est une réussite, tout semble se passer à merveille dans cet univers à la gloire de la réussite et de la productivité. Mais un jour, Alexander commence à douter…


Cliniquement froid, étrange et déconcertant. Continuer la lecture

Publier dans Non classé | laissez un commentaire