Interview (ENG/FR) de Giovanni Mele – Détenteur du film maudit oublié « Opera Mortem » (2019) – EXCLUSIVITÉ –

Alors que la culture de l’instantanée liée partiellement à la virtualisation de n’importe quel support artistique démystifie considérablement le cinéma underground et l’aura qu’il peut parfois amener, il arrive que certains films fassent de la résistance. De nombreux OFNI ont parsemé le parcours cinématographique des lecteurs de Sadique-master; on peut notamment penser à des œuvres fantasmatiques tels que le fascinant « Begotten » de E. Elias Merhige qui semble provenir littéralement d’une autre planète. Récemment, il se trouve qu’un mystérieux objet filmique dénommé « Opera Mortem » suscite une curieuse attention. En effet, cette étrangeté réalisée en 1973 par un peintre fou Anglais du nom de « David Fleas » intrigue au plus au point par les images obsédantes qu’elle expose à travers son trailer. Manifestement graphique et obscène, Opera mortem semble se traduire comme « une sorte de transposition métaphorique d’un rituel de magie noire« . Plus clairement, ce film surréaliste / dadaïste extrême lie les visions oniriques d’une jeune fille suicidaire avec celles d’un tueur en série nécrophile.

Continuer la lecture
Publier dans Non classé | laissez un commentaire

BUT Film festival (2019) – Underground & Trash Movies! – Programme –

Le marathon cinéphilique de l’année revient pour notre grand plus plaisir avec le fameux enchaînement BUT film festival/Étrange festival situé à quelques jours d’écart. Mais concentrons-nous déjà sur cette nouvelle édition du BUT qui nous sustente avec soin d’œuvres filmiques ô combien infâmes et délectables. Partenaire du Sadique-master festival et jumeau spirituel, il n’est donc pas étonnant de retrouver chez eux des œuvres projetées chez nous et encore bien d’autres évoquées dans notre si malfamé microcosme culturel. Nouvelle année, nouvelle thématique; le sex/perversions/gender laisse cette année place aux…extraterrestres. Qu’ils existent ou non (chose tout de même fort probable), nous constatons qu’ils figurent activement dans le cinéma de genre et le BUT s’attelle à nous en présenter un large panorama rempli de films actuels mais aussi de certaines rétrospectives.

Continuer la lecture
Publier dans Extrême, festival, Gore, Horreur, News | laissez un commentaire

The Profane Exhibit – L’anthologie la plus attendue du cinéma extrême publiée en ligne par erreur (2019)

Cette surprise à demi fausse aurait pu nous faire croire à un coup de com, et pourtant non. La tant attendue et presque sacralisée anthologie « The Profane exhibit » (évoquée pour la première fois en 2014 sur Sadique-master) est restée publiquement en ligne durant 4 jours sans que presque personne ne le remarque. N’excédant pas les 85 vues au compteur, cette publication apparaît comme tout sauf volontaire puisque le titre même de la vidéo comportait le nom de l’anthologie accompagné d’une série de chiffres et du mot « locked » (signifiant « fermé à clé »).

Continuer la lecture
Publier dans Non classé | laissez un commentaire

Blood For Flesh – Une nouvelle récidive dans le cinéma extrême Mexicain (2019)

Synopsis : Une famille aux mœurs déjà pas très saines se voit perturbée lorsque des cannibales s’intéressent à la seule femme parmi eux. Naîtra ainsi une violence sans précédent au sein d’une débauche où régnera inceste, haine et douleur.

Au programme : nécrophilie, cannibalisme, inceste, tortures, et plus encore de joyeusetés.

Continuer la lecture
Publier dans Extrême, Gore, Horreur, Vidéos | laissez un commentaire

Bliss – Le psychédélisme de Gaspar Noé trempé dans l’hémoglobine du gore (2019)

Stroboscopes et néons, rotations à 360 degrés, « Bliss » s’apparente dès les premières visions de son trailer à une imagerie tout droit sortie d’un film de Gaspar Noé avec Benoît Debie (habituel chef op de ce dernier) à la photographie. À cela s’ajoute une abondance d’hémoglobine et des thématiques relatives au vampirisme. Plutôt familier de la scène horrifique, Joe Begos compte dans sa filmographie déjà quelques courts métrages ainsi que deux longs; Almost Human (2013) et The Mind’s Eye (2015) que l’on ne retient pas nécessairement comme du cinéma « extrême ». Pourtant, tout porte à croire que Bliss dénote avec sa ligne éditoriale habituelle et vire vers quelque chose de possiblement plus intéressant si l’on se réfère à nos attentes.

Continuer la lecture
Publier dans Non classé | 2 Comments

ILL – Anthologie de cinéma d’horreur biologique

L’actuelle recrudescence de productions au sein du cinéma underground extrême nous offre des réalisateurs confirmés ou émergents en plein essor, et que peut-on espérer de mieux qu’une collaboration active entre ceux-ci ? Avant même de réellement savoir de quoi l’anthologie « ILL » traite, elle attire déjà notre regard par les noms qu’elle présente sur son affiche; à savoir Lucio A. Rojas (Trauma), Domiziano Cristopharo (House of flesh manequins, Xpiation), Kai E. Bogatzki (Scars of Xavier) et Lorenzo Dante Zanoni (« Caetophobia » de Taste Of Phobia – une autre anthologie). 4 segments liés par un fil conducteur thématique relatif aux « virus » biologiques qui induisent un rapport au corps marqué ainsi qu’une horreur par conséquent très « organique ».

Continuer la lecture
Publier dans Extrême, Gore, Horreur, News | laissez un commentaire

The Slaying of Robert Beckowitz – Premier film sordide d’une saga signée Tetrovideo

Subitement débarqué d’on ne sait trop où si ce n’est à la confluence de différentes figures du cinéma underground extrême, les éditions Britanniques Tetrovideo suscitent un certain enthousiasme et une attention croissante dans le milieu. Après la sortie de différents titres déjà incontournables tels que The life and death of a porno gang ou Your Flesh your Curse, la distribution se lance dans la production d’une saga extrême consacrée à des tueurs en série réels ayant marqué les esprits de part leurs déviances. Cette saga ainsi intitulée TetroManiac va s’introduire par « The Slaying of R.Beckowitz » traitant donc du meurtre sanglant de Robert Beckowitz tué, mutilé, violé (post-mortem), filmé et photographié en juillet 1982 par son ex-femme (Jeannine « Charlie » Clark) et son nouveau compagnon (James Glover) au cours d’un véritable acharnement macabre.

Continuer la lecture
Publier dans Extrême, Faits divers | 1 Comment

The Scuzzies – le nouveau court métrage de Screamerclauz qui va vous violer le cerveau

On ne présente plus Jimmy Screamerclauz et les injections de folie pure qu’il insémine dans notre encéphale avec ses films animés complètement détraqués que l’on croirait tout droit sorti d’un cauchemar d’Émile Louis sous LSD. D’abord musicien, il collabore ensuite avec de nombreux projets musicaux fusionnés à ses clips déments : du speedcore au horrocore. Il se fait plus largement connaitre dans le milieu du cinéma underground extrême avec ses longs métrages « Where the dead go to die » et « When the black birds fly » (diffusé à la seconde édition du SMFEST) qui affirment chez lui une capacité à savoir travailler une réelle narration au-delà de ses fulgurances visuelles et déviantes.

Continuer la lecture
Publier dans Non classé | 1 Comment

Les dossiers Sadique-master : Dissection du cinéma underground extrême (Livre)

Résumé : Nous savons déjà que les comédies sont conçues pour faire rire, que l’action se doit de divertir, que l’horreur procure frissons et angoisses, que le porno excite, que le drame provoque des larmes. Mais que sait-on d’oeuvres comme Subconcious Cruelty, Begotten ou Melancholie der Engel ? Absolument rien. C’est l’étrangeté totale, l’expérience de l’inconnu. C’est cette ascension vers un ailleurs mental qui rompt avec toutes les conventions cinématographiques et artistiques, en les transgressant. Plusieurs questions s’imposent : qu’est-ce qui a pu contribuer à la création et à l’évolution d’un tel cinéma ? Et pourquoi aimons-nous cet art si singulier, sensé nous inspirer de la répulsion ? Pourquoi exerce-t-il chez nous une telle attraction ? Les réponses se trouvent dans ce livre. Rétrospectives et dissections sont les méthodes appliquées pour explorer tous les horizons possibles et imaginables d’un certain cinéma extrême, allant du gore allemand aux films undergrounds new-yorkais des années 80, au Bis d’exploitation crasseux et immoral, aux OFNI expérimentaux les plus déments, jusqu’à l’intégration de la pornographie dans le cinéma déviant. Nous analyserons les éléments majeurs de cet art si fascinant, les cinéastes bafoués, censurés, relégués dans leur microcosme, ceux qui ont osé. Nous aborderons le mythe du snuff movie, explorerons les oeuvres trop ambigües pour être évoquées ailleurs, les inabordables, les inaccessibles, celles dont personne ne veut parler et qui, à ce jour, demeurent encore inconnues pour d’obscures raisons.
Continuer la lecture
Publier dans Non classé | laissez un commentaire

Suspiria (2018) (Luca Guadagnino) (Critique)

Synopsis : Susie Bannion, jeune danseuse américaine, débarque à Berlin dans l’espoir d’intégrer la célèbre compagnie de danse Helena Markos. Madame Blanc, sa chorégraphe, impressionnée par son talent, promeut Susie danseuse étoile.
Tandis que les répétitions du ballet final s’intensifient, les deux femmes deviennent de plus en plus proches. C’est alors que Susie commence à faire de terrifiantes découvertes sur la compagnie et celles qui la dirigent…

Tout d’abord, affranchissez vous du « culte » que vous pouvez porter à l’oeuvre originale d’Argento pour réellement apprécier et digérer cette vision complètement nouvelle de Luca Guadagnino qui peut en désarçonner plus d’un.

Continuer la lecture

Publier dans Critiques | laissez un commentaire