Menu

Étrange festival – 7éme journée (Rampage 2, Alleluia, Résidence surveillée)

,  

Mercredi 10 septembre

Quelle belle journée s’annonce quand nous savons que le premier film que nous allons voir se trouve être le dernier bébé du grand et controversé UwE pour qui je n’ai jamais caché mon admiration. Le roi de la provocation et du politiquement incorrect nous livre ici son oeuvre la plus osée !

Là où Postal jouait, utilisait la carte de l’humour et de la dérision, exposait un contenu douteux sur un ton très second, là où le premier Rampage laissait place à de l’action pure mais engagée, Rampage 2 prend tous les risques qu’aucun cinéaste n’a jamais pris, Rampage 2 est en fait un pur suicide commercial, même un suicide social.
Pour être clair, Rampage 2 est le film le plus couillu et le plus extrémiste qui n’est jamais été réalisé. Anti-capitaliste de premier choix, misanthrope de surcroît, à travers ce 2éme volume Boll se lâche totalement.
Il est presque  impossible de faire un film plus frontal et plus politiquement incorrect.
Pour même aller plus loin, je pense que ce film ne sortira pas aux USA car Uwe Boll lance des attaques personnelles aux gros bonnets du système américain et même mondial, il dénonce noir sur blanc des choses que personne n’avait jamais osées, allant même jusqu’à radicalement inciter au meurtre et à la révolution par les armes.
Il ne serait pas étonnant que quelques esprits sensibles prennent le message au pied de la lettre sans la dérision exposée et passent à l’acte..
Et nous ne passerons pas outre les  répliques lacérantes, purement misanthropes et totalement hilarantes de notre cher tonton Boll sévèrement burné !
« Le Yoga c’est de la gym pour égocentrique. »
Je ne vais pas m’étendre davantage au risque de vous spoiler des répliques susceptibles de vous provoquer une syncope, mais ce  film est un putain de plaisir extrêmement jouissif.

Dans un autre registre, c’est désormais au nouveau film de Fabrice Du Welz (réalisateur de Calvaire) de faire ses preuves avec Alleluia. Après quelques productions plus mainstream, Du Welz revient à sa source, le cinéma déviant. Il adapte ici l’histoire des Tueurs de la lune de miel dont un film fut déjà réalisé par Leonard Kastle en 1969. Une nouvelle version, et peut être un nouveau souffle. Laurent Lucas annonce un casting prometteur et son duo avec Lola Dueñas est assez crédible pour faire rentrer dans l’intimité de ce couple criminel tordu à la relation ambiguë  teinté de frustration. L’histoire évolue bien et l’aspect malsain/dérangeant que Du Welz sait traiter est toujours présent et pourtant paradoxalement il s’auto-censure lors des scènes d’agression et de meurtres souvent hors champ. L’intensité constante est pourtant là, mais elle est malheureusement atténuée lors des scènes violentes où elle devrait pourtant dédoubler. L’auto-censure ira jusqu’à la conclusion de l’histoire et d’une interprétation trop « douce » quant à l’histoire originale. En conclusion Alleluia est loin d’être mauvais, mais certains éléments sont bien regrettables.

Résidence surveillée c’est le film étrange et dégueulasse qui a disparu du net et de la vente, c’est  la série B immonde où tous les fluides corporels coulent et où le méchant est le plus infâme possible. Nous suivons l’histoire d’un couple au voisinage plus qu’atypique où un voisin particulier au sens de l’hygiène bien à lui et à la solitude dévastatrice décide de leur pourrir la vie. Avec une longue  liste de poisons et virus confectionnés maison et un sens de la psychopathie indéniable au sadisme bien aiguisé, il va littéralement s’acharner sur ce jeune couple. Avec situations improbables flirtant entre le kistch et le malsain, Résidence surveillée est un petit film mystérieux et vomitif bien divertissant dont les hypocondriaques devraient se tenir grandement à l’écart. Humour noir, glauque et immondices définiront cette oeuvre à merveille.

 

The following two tabs change content below.

Sadique-master

Admin/Créateur de sadique-master Écrivain et chroniqueur.

2 commentaires

  1. Roggy - 9 octobre 2014 20 h 34 min

    Je me souviens que tu avais adoré « Rampage 2 » (c’était pour toi le film de l’année sur le coup 🙂 ) Pour ma part, je serai plus mesuré malgré le côté rentre dedans poussé à l’extrême. Je préfère le 1er opus.

    Répondre
    • Sadique-master - 9 octobre 2014 23 h 20 min

      J »irai peut être pas jusqu’à dire le meilleur film de l’année, mais l’effet de jouissance post-séance m’a fait un bien fou !
      Et ça fait plaisir un film aussi rendre dedans, justement. Même si je l’ai peut être surévalué suite à mon enthousiasme.

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :