Menu

Compte rendu du Sadique-master festival 1ére édition (2015) – 1ére journée.

 

Sur la photo ci dessus une partie de la team du Sadique-master festival:
(De gauche à droite) : Romuald et Patrice de Uncut movie, Ascarioth, Moi (Tinam) , Sebastien Barrio (star du X français) – Quarxx – Dejan Illic , Benoit (otis) – Alan Deprez.

xx

Aperçu de la population du festival devant le cinéma entre deux séances.

Après multiples événements virtuels et une activité constante sur la toile,  Sadique-master devient enfin réel par le biais de ce festival. La 1ére édition s’est déroulé le 6 et 7 mars à Paris au cinéma Les 3 luxembourg et a pu aboutir grâce à la réussite d’une campagne de financement (servant par la même occasion aux préventes) que nous avions lancée via le site ullule.
Nous partions donc avec de bonnes bases et nous continuions la promotion avec la distribution de flyers dans des boutiques spécialisées, des articles presses sur le net, et un bon bouche à oreille. En clair, entièrement autofinancé.
Le lancement du festival semblait susciter un certain engouement mais jusqu’au jour même nous n’avions aucune idée de la réception qui nous attendait. Nous nous occupons alors des derniers préparatifs et la première séance se déroule ce vendredi 6 mars à 19h30 pour le court métrage Pray suivi du long métrage Pieces of talent de Joe Stauffer. Nous nous présentons, faisons de même pour le festival, le jury (Alan Deprez, Quarxx,Dejan Ilic), et disons quelques mots.

pieces

Présentation vocale du festival avec : Benoit (aka Otis) – Moi (Tinam) – Ascarioth.

Premier projet (hormis quelques très courts métrages mineurs) de Claudio Ellovitch, réalisateur Brésilien, Pray ressemble dés le départ à une étrange fable surréaliste où la religion et le blasphème font office de thèmes principaux. Ce qui frappe avant tout; c’est l’esthétisme singulier et chromatique dans une atmosphère urbaine, créant ainsi une fusion tout à fait originale. Une ambiance toute particulière s’installe et le travail sonore (remarquable) contribue à l’aspect hypnotique, psychédélique. En réalité, une longue analyse de Pray pourrait s’avérer intéressante (l’œuf de la naissance, le sacrifice…) mais comme cet article se veut concis, je vais pour l’instant en rester là. Quoi qu’il en soit, cette première oeuvre possède indéniablement de la personnalité et nous attendons désormais le nouveau  long métrage de ce monsieur à venir avec impatience…

La salle de 130 places est presque comble, l’ambiance est au rendez-vous et le public semble heureux de sa présence, c’est un véritable plaisir de constater que cette séance d’ouverture ne commence pas sur un bide. Certains s’attendaient à un programme plus extrême, mais ce premier film n’était une esquisse et c’est maintenant qu’il faut sortir les sacs vomitifs. Pieces of talent introduisait sagement le festival, donnant ainsi un aperçu de se qui se tramait dans le coin, mais désormais sans plus tarder nous abordons des choses plus infâmes. La 2éme partie de la soirée s’entame anatomiquement avec Leurre de Pierre Reynard, court métrage dans une salle de bain, précisément à proximité d’une baignoire dans laquelle se trouve un cadavre plastifié servant de sujet à psychopathe monomaniaque narrant en voix off ses pensées du moment. Efficace et pertinent.

Photo de Leurre.

Mais voici désormais le moment tant attendu, l’avant première mondiale du morbide « Carcinoma » de Art Doran qui grâce à son talent et son extrême réalisme parvient à remporter le prix du jury. Félicitations ! Carcinoma peut par ailleurs s’attribuer un second mérite, celui d’avoir envoyé expéditivement plusieurs personnes aux toilettes. Effectivement le thème du Carcinome (cancer du colon influant sur la peau et les muqueuses) se révèle on ne peut plus ragoutant, et les conséquences sur lesquelles Art Doran appuie ne font qu’accentuer le malaise ambiant du métrage déjà totalement sinistre.

carcimona

Voici le prix du jury, la jolie coupe (fabriqué sur demande par Lilith Création) qui sera remise à Art Doran pour Carcinoma.

Une première journée qui s’avère donc fructueuse et qui laisse espérer le meilleur pour la suite.
ps : Les longs métrages sur lesquels je n’épilogue pas davantage (pour éviter un doublon) sont généralement déjà chroniqués, il vous suffit de cliquer sur le lien actif du titre pour atterrir sur la critique.

– Tinam.

Toutes les informations sur le festival ici même : http://www.sadique-master.com/sadique-master-festival-reel/

Compte rendu de la 2éme journée –> http://www.sadique-master.com/compte-rendu-du-sadique-master-festival-1ere-edition-2015-2eme-journee/ 

 

The following two tabs change content below.

Sadique-master

Admin/Créateur de sadique-master Écrivain et chroniqueur.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :