(PIFFF) Paris international fantastic film festival – 2019 – 9éme édition

De retour pour sa 9éme édition, le Paris international fantastic film festival s’étend au-delà des thématiques restrictives qui faisaient sa définition et propose par conséquent des œuvres intéressantes dans le domaine du « réel » tout en conservant cette appétence pour le fantastique pur, comme peut nous le démontrer le tant attendu film d’ouverture « Color Out of space » réalisé par Richard Stanley d’ailleurs présent à l’événement.

Continuer la lecture
Publier dans festival, Gore, Horreur, Porno | laissez un commentaire

L’étrange festival (2019) (jours 10,11,12) (A Winter’s tale, Koko-di koko-da, True history of kelly gang)

Sulfureux dés ses premiers aspects, A winter’s tall de Jan bonny transgresse successivement les fausses certitudes qu’il tend au spectateur. Un couple de jeunes paumés profondément enlisé dans une misère sociale et sentimentale voit son quotidien morne bousculé par l’arrivée de Maik; un charismatique criminel qui, avec eux, forme une approximative cellule terroriste visant à commettre des assassinats contre les immigrés extra-européens installés Allemagne. Bien qu’il agrémente la narration, le sous-texte idéologique reste constamment au second plan et l’on se concentre essentiellement sur les déboires et élucubrations de ce trio particulier, ambiguë et complexe. Ainsi, avec une violence radicale et un portrait social pertinent, A winter’s tall parvient brillamment à embarquer dans ses méandres.

Continuer la lecture
Publier dans Critiques, festival, Gore, Horreur | laissez un commentaire

L’étrange festival (2019) (jours 8 et 9) (Family Romance LLC, Les sources occultes, Vivarium, Lilian)

Mercredi 11 septembre

Dernièrement, nous connaissons Werner Herzog essentiellement à travers ses documentaires dont, dans les grandes lignes, « Family romance, LLC » en singe les principaux aspects bien qu’il demeure dans sa réalisation complètement fictif. Traitant de l’interchangeabilité des êtres dans une relation affectueuse et la déshumanisation de la société japonaise dans ses reproductions des confections humaines, Family Romance se présente comme un faux documentaire. Avec une forme plutôt curieuse, on y suit une jeune fille retrouvant son supposé père qu’elle n’a pas vu depuis sa petite enfance; hélas celui-ci est un acteur de la société « Family romance » engagé par sa mère. Ainsi se tracent toute la complexité et le paradoxe des relations parents/enfants. Touchant et troublant.

Continuer la lecture
Publier dans Non classé | laissez un commentaire

L’étrange festival (2019) (jours 6 et 7) (Monos, Adoration, Knives & skin)

Livrés à eux-même, des enfants soldats en autarcie dans une montagne de l’Amérique latine s’entraînent pour le compte d’une organisation à survivre tel des guérilleros. Ils maintiennent en captivité une otage Américaine et doivent s’occuper d’une vache laitière censée les « responsabiliser ». Recevant leurs ordres d’un messager, ils évoluent dans les forêts et vivent leur quotidien. Second film naturaliste de la programmation après « The Mute », la beauté formelle de la photographie et le décor immergent déjà ne serait-ce que par leurs images et confèrent à « Monos » une authenticité surplombé par un jeu d’acteur remarquablement authentique. Non pas dénué pour autant de sens, ce nouveau long métrage d’Alejandro Landes connu aussi pour son documentaire « Cocalero » démontre la prédation au sein d’un groupe d’enfants où seule la loi du plus fort règne et où, en l’absence de repères, ceux-ci sont livrés à eux-même. Si l’on peut légitimement se poser la question de la relative « modération » des jeunes guérilleros sensiblement plus violents dans la vie réelle (Johnny mad dog sur cet aspect semblait plus réalistement juste) on parvient quand même à plonger avec eux dans leur cadre devenu, avec l’expérience, naturel.

Continuer la lecture
Publier dans Critiques, festival | laissez un commentaire

L’étrange festival (2019) (jours 4 et 5 ) (Cut off, Furie, The mute)

Austère et glacial comme seuls savent le faire les Scandinaves ou encore les Allemands, avec Cutt off le réalisateur Christian Alvart livre une oeuvre radical où les concessions semblent rangées profond dans les abysses de la morale. Totalement dans le ton et l’atmosphère qui gouverne « Les enquêtes du département V », là encore tous les éléments tels que le casting, le jeu d’acteur, le climat météorologique, le paysage ou la structure narrative propulsent Cut Off bien au-delà des thrillers aseptisés et agrémente le tout de sa réalisation austère. Afin de donner du relief au récit – un légiste trouvant dans un corps une capsule contenant le numéro de téléphone de sa fille – Christian Alvart se permet même quelques scènes gores volontairement étendues et intelligemment appliquées. Bien que l’on connaisse déjà la recette dans les grandes lignes, un film de cet acabit se savoure toujours.

Continuer la lecture
Publier dans Critiques, Faits divers, festival, Horreur | laissez un commentaire

Blood for flesh (2019) (Alex Hernandez) (Critique)

Synopsis : Une famille aux mœurs déjà pas très saines se voit perturbée lorsque des cannibales s’intéressent à la seule femme parmi eux. Naîtra ainsi une violence sans précédent au sein d’une débauche où régnera inceste, haine et douleur.

Continuer la lecture
Publier dans Critiques, Extrême, Gore | laissez un commentaire

L’étrange festival (2019) (jour 3 ) (Greener Grass,Irréversible – Inversion intégrale, 1BR)

Seconde journée de cette nouvelle édition de l’étrange festival, et parmi les différents films diffusés en simultané notre choix se porte curieusement sur une comédie Américaine (évidemment peu commune). Absurde au possible, Greener grass de Jocelyn DeBoer propose une satire exacerbée d’une bourgeoisie obsédée par la perfection; perfection représentée par deux femmes embourbées dans une compétitivité irrationnelle. Interchangeabilité des différentes personnes qui les entourent : enfants, Maris, travail. Bien que l’on voie immédiatement où le réalisateur veut en venir dans son message, on ne peut nier l’originalité loufoque de certains gags (dixit le fils transformé en chien). Hélas, sur la longueur le concept s’épuise partiellement et l’on ne retrouve plus forcément la ferveur qui dominait le début du métrage. Reste tout de même que Greener grass livre une bizarrerie plutôt sympathique.

Continuer la lecture
Publier dans Critiques, Extrême, festival, Gore, Horreur, News | laissez un commentaire

L’étrange festival (2019) (jours 1 et 2 ) (Nekrotronic, Bliss, The Boat)

Mercredi 4 septembre

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est nektrotronic.jpg.

Premier jour de l’Étrange festival et les éternels discours de la cérémonie d’ouverture présentent les grandes lignes de l’événement, des partenaires et autres personnes liées à la 25éme édition de cette manifestation artistique considérée comme l’une des plus importantes du cinéma de genre en France. Chaque année présents, on retrouve les habituels têtes tout en se préparant pour un marathon cinéphilique dans l’attente de découvertes singulières. Pour introduire, l’envoûtant court métrage « Reruns » de Rosto embarque le spectateur dans un labyrinthe aquatique inspiré des cauchemars de son réalisateur, et ce avec un univers incroyablement juste dans sa représentation.

Continuer la lecture
Publier dans Non classé | laissez un commentaire

TETROMANIAC: eROTik – De la nécrophilie chez TetroVideo

Depuis un moment déjà nos publications concernant Tetrovidéo et leurs productions se multiplient et cadrent on ne peut plus justement avec notre ligne éditoriale. Librement inspiré de l’histoire de Jeffrey Dahmer mais surtout de ses fantaisies les plus sordides, eROTik s’inscrit dans la fameuse saga « Tetromaniac » initiée par Tetrovidéo dont l’objectif consiste à livrer sans concessions des œuvres filmiques infâmes tirées des douces histoires réelles de divers tueurs en séries.

Continuer la lecture
Publier dans Non classé | laissez un commentaire

L’étrange festival 25éme édition (2019) – Programmation

Enchaînement annuel désormais traditionnel, quelques jours après le BUT film festival débute cette désormais 25 éme édition de l’Étrange festival à laquelle, comme les précédentes, nous demeurons fidèle. Incontestable valeur sure, en plus de nous proposer comme chaque année des exclusivités, des nouveautés et des films actuels, l’événement propose de précieuses rétrospectives, des hommages, des œuvres cultes à re-découvrir sur grand écran. Cette édition marque aussi le retour de grands réalisateurs Français actifs dans le cinéma de genre tel que « Furie » – nouveau film d’Olivier Abbou, « Extazus » de Bertrand Mandico ou encore « Adoration » de Fabrice Du Welz. Aussi l’occasion de visionner la version remontée à l’envers d’Irréversible ou encore le tant attendu « Les sources occultes » de Laurent Courau et Thierry Herman. On peut par ailleurs noter l’intriguant « Bliss » de Joe Begos qui nous avait déjà fait de l’œil par son psychédélisme teinté d’hémoglobine. Ca se déroule du 4 au 15 septembre et c’est incontournable.

Continuer la lecture
Publier dans Faits divers, festival, Gore, Horreur | laissez un commentaire