Interview (ENG/FR) de Giovanni Mele – Détenteur du film maudit oublié « Opera Mortem » (2019) – EXCLUSIVITÉ –

Alors que la culture de l’instantanée liée partiellement à la virtualisation de n’importe quel support artistique démystifie considérablement le cinéma underground et l’aura qu’il peut parfois amener, il arrive que certains films fassent de la résistance. De nombreux OFNI ont parsemé le parcours cinématographique des lecteurs de Sadique-master; on peut notamment penser à des œuvres fantasmatiques tels que le fascinant « Begotten » de E. Elias Merhige qui semble provenir littéralement d’une autre planète. Récemment, il se trouve qu’un mystérieux objet filmique dénommé « Opera Mortem » suscite une curieuse attention. En effet, cette étrangeté réalisée en 1973 par un peintre fou Anglais du nom de « David Fleas » intrigue au plus au point par les images obsédantes qu’elle expose à travers son trailer. Manifestement graphique et obscène, Opera mortem semble se traduire comme « une sorte de transposition métaphorique d’un rituel de magie noire« . Plus clairement, ce film surréaliste / dadaïste extrême lie les visions oniriques d’une jeune fille suicidaire avec celles d’un tueur en série nécrophile.

La seule diffusion connue du film date des années 70 au cinéma d’Odeon, à Nottingham. D’une durée de 62 minutes à ce moment là, on dit que le film fut réalisé sur 10 années. Ressorti de l’ombre récemment, les droits n’ont été acquis qu’en 2015 par l’Italien Giovanni Mele via l’intermédiaire du fils de David Fleas. Désormais numériquement remastérisé et restauré en 2K, Opera Mortem est prêt à être distribué prochainement. Lors de la 5éme édition du Sadique-master festival, avant le long métrage « House of Flesh Mannequins » de Domiziano Cristopharo, nous avons projeté un extrait exclusif d’Opera mortem. Alors que tout semblait se passer sans encombres, dés le début de la projection d’House of flesh Mannequins, un horrible bruit strident retenti dans la salle, un larsen inaudible semblable à une sirène de l’apocalypse en volume maximal. Paniqués à l’idée de savoir ce qu’il se passait soudainement dans le cinéma, nous nous sommes précipités dans la cabine de projection rejoindre le projectionniste et avons constaté que le processeur son avait littéralement flambé. En 30 ans de métiers, les responsables du cinéma et spécialistes consultés pour cet incident affirment n’absolument pas comprendre comment cela a pu se produire et précisent qu’ils n’ont jamais vu ça de leur vie. Domiziano Cristopharo plaisantait en indiquant que cela provenait surement d’Opera Mortem, ce film maudit. Il n’avait peut être pas tort.

Trailer :

Voici l’interview :

SM : Le réalisateur David Fléas n’étant plus de ce monde, vous qui êtes l’acquéreur êtes aussi la personne probablement la plus informée sur cette œuvre « maudite ». Pouvez-vous nous résumer brièvement comment vous êtes rentré en contact avec le fils héritier de David Fléas et comment en êtes-vous parvenu à obtenir les droits du film? Aussi, pour quelle raison vouliez-vous les droits de ce film ? //// (english version) The director David Fléas being no longer of this world, you who are the buyer are also probably the most informed person about this « cursed » work. Can you briefly summarize how you encountered David Fléas’ successor son and how you managed to obtain the film’s rights? So why did you want the rights to this film?

GM : Certains disent qu’il est mort, d’autres qu’il est encore en vie dans un autre pays et sous un nouveau nom. Obtenir les droits du film était très facile…On dirait que dans la famille, personne ne voulait avoir quoi que ce soit à faire avec, pas même la moindre implication relative au nom de la famille. Alors ils étaient heureux de le donner à quelqu’un d’autre. Cependant, trouver ces personnes et obtenir d’eux plus d’information était nettement plus compliqué. Je suis un collectionneur de films, je possède de nombreux films ainsi que des éditions vraiment rares. Dans le petit marché d’Europe du nord, j’ai eu la chance de remporter la vente aux enchères d’une vielle boite remplie de vielles reliques et de vieux films. Une majorité de films en 8 mm, de films animés ou encore des documentaires historiques. Rien d’intéressant. Cependant, certains films parmi eux semblaient totalement obscurs et personnels. J’étais surtout stimulé par un peu de curiosité morbide, mélangée à l’idée de la découverte.
Dans le fond de la boite, il y avait un paquet avec deux bobines de film, quelques vhs et vidéos hi8. En les regardant, j’ai compris qu’il ne s’agissait pas seulement d’une vidéo familiale mais de quelque chose ressemblant réellement à un film. Il y avait dans le paquet des notes et des dessins. Tout cela m’a intrigué jusqu’au point d’enquêter et de passer plusieurs moi de ma vie à la recherche de l’auteur, David Fleas.
//// (english version) Someone say that he is dead, someone say that he is still alive in another country under a new name… Obtain the films rights was very easy… looks like in the family no one wanted to deal with this film anymore or involve theyr names in it… so, they where happy to give it. Was less easy to find those persons and obtain from them more info. I am a movie collector, I own many films also rare editions. In a small market in north europe I had the chance to win the auction for an old cage filled by old apes and films. Some films in 8mm where cartoon and historical films… nothing interesting. Some films was like homemade movies and in some way those memories always fashinated me. A bit of morbid curiosity, mixed to the idea of the discovery.
In the bottom of the cage there was a package with 2 filmrolls, and some vhs and video hi8. Watching them I understood they was not only a family home made video, but something like a movie. Also in the package there was a bunch of notes and drawings… all this intrigued me till the point to investigate and spent many monts of my life searching for the author David Fleas.

SM : La seule diffusion connue du film s’est déroulée au Nottingham Odeon Theatre en 1973. Comment le public y a réagi? Avez-vous eu écho des retours ?//// (English Version) The only known screening of the film took place at Nottingham Odeon Theatre in 1973. How did the public react to it? Did you get any feedback from the returns?

GM : Tout ce que je sais, c’est ce que je lis en ligne et des locaux de Lands End, en Angleterre. Les gens racontent différentes histoires sur un groupe religieux qui s’est manifesté pour arrêter la projection, et ce jusqu’à créer des affrontements sanglants. D’après ce que j’ai lu, après la projection en France (il parle du Sadique-master festival), la cabine du projecteur avait également un problème technique et les gens accusaient Opera mortem diffusé juste avant dans la programmation du festival.//// (English version) All I know is what I read online and what people, locals in Lands End in England. People tell different stories about a religious group of people occurred to stop the projection creating a bloody fight. From what I read, after the screening in france also the projector cabin had some techincal issie and people was blaming the presence of OPERA MORTEM in the fest programm.

SM : -Pouvez-vous nous en dire plus sur la personnalité de David Fléas et peut-être…sur son histoire ? Qui est-il et de quoi se composent le reste de ses œuvres ?/// (English Version) Can you tell us more about David Fléas’ personality and perhaps…his story? Who is he and what are the remaining works of his?

GM : J’ai eu la chance de faire des interviews vidéo avec des personnes qui ont accepté de me raconter leurs souvenirs sur Fleas. Pour certains c’était un génie, pour d’autres un démon. Il semble que quelqu’un possède ses peintures dans une collection privée, pour ma part je n’ai que quelques croquis que j’ai trouvé dans la boite…Certains tableaux sont en vente en ligne, mais lorsque j’ai contacté les gens pour leur demander plus d’informations, ils ne m’ont jamais répondu.//// (English version) I had the chance to do some video interviews to some people that accepted to tell me the memories they have about Fleas. For someone was a genious, for someone the devil. Someone have his paintings in private collection, I have only some sketch I found into the cage… Some painting is on sale online but when I reached out the people for ask more info they never answered back.

SM : On dit aussi de vous que vous êtes un « aventurier » Italien, mais autour de quoi s’articulent vos recherches et que faites-vous dans la vie ? //// (English Version) They also say that you are an Italian « adventurer », but what is the focus of your research and what do you do in life?

GM :Moi? non…Cela ressemble à une aventure, oui, mais ce n’est pas mon travail. C’est juste que quelque chose de magique est arrivé dans ma vie et a changé beaucoup de choses durant ces dernières années. Ma vie d’ingénieur est ennuyeuse et tout cela m’a donné beaucoup d’adrénaline. /// (English version) Me, no… this is something like an adventure, yes, but is not my job… is just something magic happened into my life and that changed it for the last years. My life as engineer is boring and all this gave me lot of adrenaline!

SM : Que savez-vous sur les conditions de tournage d’Opera Mortem réalisé en 10 ans ? Les experts en occultisme que vous avez contacté vous ont parlé d’une transposition métaphorique d’un rituel de magie noire. En savez-vous plus sur ce rituel ? Le film se compose-t-il donc essentiellement d’allégories ou a t-il une narration assez claire ? /// (English version) What do you know about the conditions under which Opera Mortem was shot in 10 years? The occultism experts you have contacted have told you about a metaphorical transposition of a black magic ritual. Do you know more about this ritual? Does the film therefore essentially consist of allegories or does it have a clear narrative?

GM : Ce que je peux soupçonner des notes et des vidéos que j’ai trouvées, c’est qu’à Nottingam, Fleas a présenté une version courte du film. Courte mais assez bizarre pour créer un gros scandale. Nous savons qu’il l’a commencé dans les années 70 puis qu’il a poursuivi ensuite le tournage en utilisant différentes nouvelles technologies (nouvelles même pour son époque) telles que la VHS et la vidéo Hi8. Puis il a filmé une autre partie à nouveau en 8mm . C’est pourquoi la qualité est très mauvaise, mais je pense que c’était l’effet qu’il recherchait. En balayant le film image par image nous avons trouvé beaucoup de symboles, de nombres, d’images subliminales récurrentes. Répétées dans un certain délai. Un théologue et un expert avec qui j’ai parlé ont évoqué un code de rituel caché dans le film qui représente apparemment une histoire linéaire d’un rêve de meurtrier et d’un rêve d’une femme suicidaire. La thèse du rituel satanique est maintenant confirmée, car après la publicité inattendue et le renommée du film ces derniers mois, un collectionneur Australien m’a donné de nouveaux éléments qu’il avait en sa possession et qui ressemblent totalement à ce que nous avons dévoilés du film…Désormais, nous pouvons monter à nouveau le film d’une manière plus complète avec les passages manquants qui débutaient par un homme accomplissant un rituel avec des bougies; certains disent que cet homme est Fleas lui-même. La famille de Fleas s’est probablement débarrassée de ses affaires, ce qui explique qu’on en ait retrouvé à différents endroits dans le monde. Qui sait si quelqu’un ne possède pas encore une partie manquante de cette troublante expérimentation…/// (English version) What I can suspect from the notes and the videos I’ve found is that in Nottingam fleas presented a short version of the film. Short but weird enought for create big scandal. We know he started it in the 70’s and then followed filming using different new technologies (new for that years) like VHS and video Hi8. Then he filmed again with 8mm also the video. Thats why the quality is very bad, but i think this was the effect he was looking for. Scanning the movie frame by frame we found lot of symbols, numbers, recurrent subliminal images… repeated in a certain time. A teologist and expert I spoke with, said about a code of a ritual hidden in the film, that apparently represent a lienar story of a dream of a killler and the dream of a suicide girl. The thesis of the satanic ritual is now confirmed ’cause after the unexpected publicity and fame the movie got in those months, a collector in australia gave me more stuff he had, that was looking similar to the images we published… so we ws able to edit again the film in a more complete way and the film start with a man perfoming actually a ritual with candles, and someone say this man is Fleas itself. The family of Fleas probably thrown away all his stuff that ended up here and there in the world, who knows if someone have some other missing part of this disturbing experiment?

Tinam (S.M)
Sadique-Master 2019 – droits réservés

Cet article a été publié dans Non classé. Mettre en favori le Permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *