L »Étrange festival (2015) – Jours 10 et 11 (+ clôture) (Scherzo Diabolico,Baskin)

scherzo diabolico

Samedi 12 septembre

Enfin débarrassé des films Indiens, nous continuons avec le cinéma Mexicain qui, lui, depuis quelques années s’avère réellement digne d’intérêt, pour ne pas dire en pleine résurgence du genre.  Scherzo Diabolico se hisse au rang des œuvres d’Amérique Latine qui ont su au cours de ces dernières années nous étonner. Partageant de nombreuses similitudes avec le brillant Honeymoon de Diego Cohen, Sherzo Diabolico échafaude un plan machiavélique sur fond de séquestration et parvient à dépeindre avec une certaine justesse l’esprit torturé d’un protagoniste principal dont nous ignorons tout des motivations. Subversive et violente, cette oeuvre parvient avec subtilité et progression à nous dessiner l’envers du décor et à intervertir intelligemment les codes en frappant au bon endroit.

baskin

Dimanche 13 septembre

Fort attendu lors de cette édition de l’étrange festival, nous voici à la projection de Baskin, film Turc nous emportant en virée nocturne dans la banlieue d’Istambul. Lors d’une ronde, des policiers se retrouvent embourber dans le repaire d’une secte mystérieuse menée par un étrange gourou. Le ton austère étant lancé, cette plongée en enfer ne manque pas d’inquiéter le spectateur, accentuée par les premières découvertes, disons-le, clairement cauchemardesques. Angoissant dans sa forme, la vocation de Baskin demeure néanmoins difficilement perceptible, et alors que celui-ci nous avait mis en condition pour un survival rendant à l’horreur pure ses lettres de noblesse, l’histoire tourne inopinément au torture porn, certes graphique, mais fondamentalement bien trop morne. D’une claque prometteuse nous dérivons alors simplement vers un bon film, dommage.

Plamarés : 
Compétition internationale long métrage
– Grand prix nouveau : LA PEAU DE BAX de Alex Van Warmerdam
– Prix du public : MOONWALKERS de Antoine Bardou-Jacquet
Compétition internationale court métrage
– Grand prix canal + : THE GREY MATTER de Luke & Peter Mc Coubrey
– Prix du public : SPLINTERTIME de Rosto

0 Partages
Cet article a été publié dans Non classé. Mettre en favori le Permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *