La nuit Fantasmagothic – Compte rendu

Désormais revenu de cette fameuse nuit Fantasmagothic un compte rendu s’impose !

Sur le spacieux parking de la Nef nous retrouvons nos amis et échangeons quelque temps sur les événements à venir.
Il est alors tant de rentrer dans la salle et les festivités débutent avec Soror Dolorosa (faute d’avoir vu Winter Severy Index). Du rock gothique dans toute sa splendeur, puissant, mélancolique et envoûtant. Sur scène, l’énergie du groupe ne ternit jamais et embarque le publique dans une soirée magique…

Entre temps, n’ayant pas entendu le son de la salle retentir, nous avons malheureusement loupé Nova et Vetera dont Willy (le chanteur) est l’organisateur de cette nuit exceptionnelle.


Mais il est désormais tant de se consoler sur le retour d’Eros necropsique, qui après une longue absence reprennent enfin, ici, devant nous. L’ambiance est posée et dés lors que Olivier Dehenne entonne l’oraison et marque de la scène sa présence et son charisme inégalable. Accompagné des somptueux chants de Jeanne  ainsi que de  Rémi et  Judicaël à la guitare , les paroles d’Olivier foudroient d’émotions d’une puissance titanesque.Pour parfaire le tout, des magnifiques jeux scéniques (dont le duo nu teinté de peinture représentent l’Eros comme jamais) viennent s’ajouter à cette communion tandis qu’au chant Olivier et Jeanne restent sobres, ancrés dans leur personnage. Pour finalement parfaire le show sur « Noyade » où Olivier finit hurlant de souffrance, de folie et de rage à terre. Terrassant, on en ressort dans tous ses états.

Merciful Nuns viennent quant à eux ramener les influences de Sister of Mercy pour notre plus grand plaisir. Le dynamisme et effectivement là, la prestation est belle, mais elle hélas elle se répète et s’essouffle légèrement sur la longueur.

Rosa Crvx en live, comme beaucoup le disent, c’est quelque chose ! Musicalement envoûtant et stupéfiant de par leur machinerie (percussions automatisées, cloches,  ect…) impressionnante, Rosa nous ensorcelle aux travers de leurs rîtes païens dont figure la stupéfiante danse de la terre.

Pour tout ça, un grand merci à Manic Depression, Une Nuit Cent Lunes et La Nef, merci pour cette splendide soirée et vivement une prochaine édition. Des événements tels que celui ci manquent cruellement…

– SM

Cet article a été publié dans Critiques, Musique. Mettre en favori le Permalien.

2 Responses to La nuit Fantasmagothic – Compte rendu

  1. Es says:

    Le festival n’a pas debuté avec Soror Dolorosa.

    • Sadique-master says:

      En effet, c’est pour cela que j’ai marqué entre parenthèse (à défaut de n’avoir pu voir Winter Severity).
      Nous avons eu quelques imprévus au départ et n’avons pu assister à votre concert, à notre grand regret.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *