Étrange festival – 3éme journée (Wetlands,The Canal,Its follows)

Samedi 6 septembre

Le premier week-end de l’étrange festival débute en beauté avec Wetlands un étrange film portant derrière lui une réputation sulfureuse suite à aux échos de son passage au festival de  Sundance.
Wetlands est une comédie Allemande bien décalée et particulièrement atypique présentée comme un Fight Club Trash au féminin. Dés les premières scènes on découvre un esthétisme remarquable et une volonté de transgression vraiment appréciable. Nous suivrons alors quotidiennement la vie d’une jeune fille nymphomane et hypersexuelle défiant les lois de l’hygiène et de la sexualité la plus débridée.
Le style pourra parfois nous rappeler Larry Clark mais ce qui est osé à l’écran s’apparente davantage à du John Waters moderne.
Complètement déjanté, nous avons ici une oeuvre entretenant un rythme effréné sur une réalisation hautement dynamique qui ne laisse au spectateur aucun répit face à l’enchaînement de scènes stupéfiantes qui défilent devant ses yeux. On peut dire clairement que Wetlands est un film extrêmement jouissif mais nous ne pouvons négliger un aspect dramatique provocant d’indéniables rires jaunes.
Ce film étonne, détend, stimule, fascine, et sa palette sensationnelle scotchera assurément les adeptes de la comédie transgressive.

Après cet excès délicieusement raffiné que fut Wetlands, quoi de mieux qu’un retour à l’horrifique pur, à l’épouvante produit par la Hammer ?
Face à la fadeur ambiante des dernières productions du genre, l’inquiétude de se retrouver face à une énième jumpscare movie pour adolescents est omniprésente.
Passons alors à l’expertise de The canal.
Mitigée sera ma critique car malgré une introduction alléchante, les codes redondants du cinéma d’épouvante seront encore une fois de trop répétés, et finalement épuisés. Cela dit, progressivement un climat d’ambiance paranoïaque s’installera et les éléments exposés parviendront à créer une certaine angoisse. Les divers passages du film alternent entre des jumpscare efficaces et d’autres plus faciles, ce qui au final maintient dans une constante inégalité.
La photographie est quant à elle certes belle, l’histoire n’est pas non plus dénuée d’intérêt, mais on reste sur un cinéma trop classique qui n’excelle malheureusement pas.
Énième tentative vaine n’ayant surement pas la prétention d’innover grandement, mais qui toutefois restera une production respectable.

Drôle de coïncidence car désormais nous parlerons de Its follows qui, par le hasard du programme, est justement un mixte entre comédie teenagers (je ne réduis pas Wetlands à cela, bien évidemment) et l’épouvante fantastique.
Its follow est en réalité un film préventif contre le Sida et les MST (aux antipodes de Wetlands pour le coup) utilisant comme support le fantastique pour illustrer la métaphore de la transmission du virus.
Le style est Old school slasher et l’ambiance s’approche quelque peu d’un Halloween. L’excellente bande son à mi chemin entre du Carpenter et du Giallo nous le rappellera.
Nous pouvons dire que tout le film se base sur un concept s’épiloguant durant la continuité de l’histoire, jusqu’à sa fin. Le déroulement sera alors meublé par une sorte de train fantôme plutôt ingénieux ne manquant pas d’idée.
Its Follows se contente de rester dans le divertissement pur et a le mérite d’assurer dans son style finalement assez peu exploité dans le cinéma de genre.

 

 

 

Cet article a été publié dans Critiques, News. Mettre en favori le Permalien.

One Response to Étrange festival – 3éme journée (Wetlands,The Canal,Its follows)

  1. Roggy says:

    De bonnes chroniques que voilà et décidément, on est à peu près d’accord sur « The Canal » dont le concept n’est pas si mauvais mais dont le scénario est assez conventionnel au final. En revanche, « it Follows » est pour moi une grande réussite en tant que teenage-movie horrifique. Original et bien balancé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *