Return to Nuke ‘Em High Volume 1 (2013) ( Lloyd Kaufman) (Critique)

Synopsis : La centrale nucléaire de Tromaville a laissé sa place à une usine agro-alimentaire, fabriquant notamment des tacos, distribués à la cantine dans le collège de la ville. Les tacos radioactifs vont provoquer une série de mutations chez les élèves…

Depuis Poultrygeist (l’une des meilleurs production Troma) Llyod Kaufman est enfin de retour à la réalisation. Nous assisterons à un reboot de Class Of Nuke’em High (de 1986) et ferons un retour à Tromaville fera le plus grand bonheur des fans.
Tous les clichés sont poussé à leur paroxysme du ridicule, la chorale de looser boutonneux, les cas sociaux obsédés sexuel et attardés, on retrouve ce qu’on aime chez Troma.
Après une ragoutante scène d’intro qui annonce la couleur, nous voilà témoins de la vie ce collège pour le moins particulier. Détecteur de métaux où chaque élève dépose tristement sa grenade, son fusil d’assaut ou son lance roquette. Histoire d’amour ridiculement amusante et souvent improbable entre deux lesbiennes hippie-écolo-végétarienne. On reprend les mêmes, on adapte ça au gout du jours en tout en gardant la sauce verte et on recommence pour le plaisir de tous.

On notera tout de même quelques blagues redondantes que Kaufman se plait à répéter.

Tout ce qui fait office de phallus est de la partie, toute allusion sexuelle, raciste, ou dégueulasse est la bienvenue. Return to Nuke Em hight Volume 1 ose toujours plus loin, joue avec le politiquement incorrect et n’hésite pas à nous présenter de personnages aussi dénudés que naïfs.
Des boobs, du sang, de la radioactivité et de la satire du système américain capitaliste, la formule parfaite.

 

Note: 7,5/10

– SM

RETURN-TO-NUKE-EM-HIGH-

 

Cet article a été publié dans Critiques. Mettre en favori le Permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *