ScreamerClauz (Cinéaste, Musicien, Graphiste) – Artiste à découvrir + Interview

Vous savez, il y a ces artistes qui vous retournent complètement le cerveau, vous désorientent et jouent avec vous à la gymnastique mentale, ScreamerClauz fait parti de ceux-là.

Ce fameux personnage dont nous allons parler, principalement connu dans le cadre du cinéma, est le réalisateur, pour ne pas dire le coupable dément, d’une version animée de l’enfer en pire et sous LSD, autrement dit « Where the dead go to die ». En quelques mots : Labby, un chien noir aux yeux rouges doué de parole, guide un groupe d’amis à travers différentes dimensions où ils se retrouvent confrontés à l’avènement de l’antéchrist ayant choisi la mère de l’un d’eux pour naître.
Le scénario vous parait un peu étrange ? Ce n’est rien par rapport au bordel qu’est le film. Des dizaines d’histoires qui se s’entrecroisent les unes dans les autres, des symboles totalement déroutants, des personnages aux allures de freaks animés plus malsains et tordus les uns que les autres. Tout le monde sodomise, décapite, viol, sperme sur tout le monde. Animaux, Enfants, démons difformes, mère de famille, père de famille pédophile, personne n’y échappe.

ScreamrClauz fait aussi de la musique (du Speedcore)  ainsi que ses propres clips animés et…ça fait mal !
Vous pourrez apercevoir des bites, des yeux et des tètes parfois inversés et un peu partout.

[vsw id= »ubR6r2ZQCV4″ source= »youtube » width= »425″ height= »344″ autoplay= »no »]

Mais ScreamerClauz ne fait pas que des clips pour lui car il a aussi réalisé un magnifique film animé totalement infâme, totalement trash, ultragore, taré et magnifique pour le groupe d’horrorcore « Grim Rape »et autant dire que  c’est un véritable orgasme visuel assez fou.

[vsw id= »IHbCCfpUBh4&feature=youtu.be » source= »youtube » width= »425″ height= »344″ autoplay= »no »]

Et pour l’apothéose finale, voici son un court métrage intitulé « Affection  » qui autant vous le dire, nécessite absolument visionnage.  Alors, comme vous pouvez le voir, toutes ses vidéos sont totalement ignobles et la jouissance est d’autant plus grande. La raison de cela réside dans le fait que les personnages sont tous purement fictifs, créés de toutes pièces, et peuvent donc tout subir sans aucun problème juridique.

Bon braindfucking et bon visionnage.

[vsw id= »-euv8YgSVDs » source= »youtube » width= »425″ height= »344″ autoplay= »no »]

 

Vous pouvez vous procurer Where The Dead Go To Die ici : http://www.deadlyproductionsrecords.com/wtd.html
Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous laisser comme ça…Nous avons interviewé le monsieur !
Bonne lecture 😉

 —

– SM  : Bonjour Jimmy ! Tout d’abord, quel est ton parcours artistique ? En te suivant un peu, nous pouvons voir que tu fais de la musique, des courts métrage et des clips vidéos . Quand et par quoi as tu commencé dans tout ça ?

Hello Jimmy! First thing first, can you tell us about your artistical journey? You cover many grounds including music, short movies and videos. When and how did it all start ?

– SC :   Quand j’avais 13 ans j’enregistrais de la musique avec mon ami Stino qui vivait de l’autre côté de la rue. On enregistrait nos musiques sur des cassettes que nous copions pour nos amis et on en distribuait à l’école. Quelques années plus tard j’ai découvert des programmes appelés “Klik N play” and “Games Factory” dans lesquels on pouvait créer , programmer nos propres jeux vidéos. Alors mon ami Homie et moi avons commencé à créer des jeux vidéos et les mettre sur internet. Il y avait des classiques comme “Bonerman” dans le lequel on pouvait jouer un détective qui essayait de tuer un violeur avec une bite géante et quand tu avais le “boss fight” tu devais éviter ses coups. A la même période à laquelle on programmait ces jeux on s’est dit que ça serait super si on créait notre propre musique électronique pour nos propres jeux. On avait un programme qui s’appelait Fruity Loods et on a commencé à faire de la musique hardcore technobizarre sous le nom de “Cyco Rabbit “ qui s’est ensuite changé en “Sleep Deprevation”. Vers 15 -16 ans on avait enregistré 3 albums dont les couvertures étaient faites de nos mains et on les distribuait à l’école et dans les alentours.

Quand j’ai été diplomé je voulais vraiment aller dans une école de cinema mais j’ai finalement été dans une université classique que j’ai abandonné au cours de la première année. Après ça j’ai commencé à voyager avec ma musique speedcord et faire des films quand je le pouvais.

When I was like 13 I used to record music with my friend Stino who lived across the street.  We would record our songs on cassette tapes and dub them for our friends and hand them out around school. A few years later I discovered programs called “Klik N Play” and “Games Factory” in which you could design and program your own video games. So my friend Homie and I started making games and putting them all over the then fledgling internet. There were classics such as “Bonerman” in which you played a detective trying to kill a rapist with a giant dick, and when you got to the “boss fight” you have to dodge his jizz shots.  While making games we were both like “wouldn’t it be awesome if we started making our own electronic music to score our own games?” We got a program called Fruity Loops and started making weird hardcore techno under the name “Cyco Rabbit” which eventually evolved into “Sleep Deprevation”.  Between the ages of 15-16 we recorded 3 albums and made our own homemade CDRs with covers and disc art and handed them out around school.  Once I graduated I really wanted to go to film school but ended up just going to regular college instead and eventually dropped out within my first year. After that I started touring with my speedcore musical act and making little movies when I could. 

 

– SM :  Pour toutes tes réalisations visuelles, tu n’utilises jamais de vrais acteurs mais des personnages inventés à travers un dessin animé, pourquoi ce choix ?
In your visual creations you never use actors, but rather you use characters from cartoons, why is that ?

 

– SC :   Au file des années, j’ai participé à des tournages réels contenant des éléments plutôt inédits ( comme du vrai sang et de la merde de chien ) .Contrairement à l’animation, quand une scène est tournée elle est tournée, tu peux pas retourner en arrière à ta guise fixer l’image puis modifier… Enfin je veux dire, tu peux la refaire  mais si la scène en question demande trop de FX ou si elle est jouée par un acteur qui vit à l’autre bout du pays, t’es baisé . J’aimerai bien tourner un film en réel mais je n’ai pas assez de ressources . Je n’ai pas d’argent, pas beaucoup d’amis et pas beaucoup de temps pour essayer de tourner réellement , j’ai pris beaucoup d’emplois et j’ai énormément de choses à faire, beaucoup de projets …. S je fais tout en même temps,  je les négligerai et à la fin je serai déçu de mon travail. De plus, beaucoup de mes idées sont beaucoup trop importantes pour du cinéma à faible budget ou dans le cas de where the dead go to die : trop abominable. J’utilise toujours des acteurs pour les voix de mes films . Des gens comme Rubby Larocca , Brandon Slagle , Victor Bonacore , M dot Strange , Devanny Pinn , ect… ont tous été impliqués dans quasiment tout ce que j’ai fais ! Quelques uns d’entre eux ont connu ma musique !

I’ve done a few live action things over the years, including 1 and ½ unreleased features (Reality Bleed-Through and Dogshit). I’d love to do live action, but I just don’t have many resources. I don’t have any money, or many friends and every time I tried to make a live action feature I took on too many jobs and a lot of important stuff would get overlooked and I’d with always end up disappointed my work at the end. Unlike animation, once something’s shot that’s it. There is no going and back and fixing it. I mean you can reshoot but if the shot in question is some big FX shot or with an actor that lives across the country, then you’re fucked. Plus many of my ideas are just too big for low budget filmmaking, or in WTDGTD’s case, too vile. I do still use actors for the voices of my films. People like Ruby LaRocca, Brandon Slagle, Victor Bonacore, M dot Strange, Devanny Pinn, etc. have all been involved in pretty much everything I’ve done! A few of them have even crossed over to my music!

 

– SM :  Et la question qu’on se pose tous après s’être fait violer le cerveau par labby dog sous cette oeuvre psychédélique et totalement déjantée qu’est where the dead my go to die, prends-tu  des drogues psyché ? haha. Ou plus sérieusement, d’où te vient cette inspiration ayant contribué à l’univers vraiment unique et atypique de ce film ?
The question everyone has on their mind, especially after getting their brains raped by labby dog and where the dead must go die, is…what kind of drugs do you use ? LOL. More seriously, when do you get the inspiration that allows you to create such work ?

– SC :  Haha Marijuana ! Beaucoup beaucoup de Marijuana ! C’est tout ce que je prend, quelques champignons de temps en temps mais rien d’autre ( peut être du DMT mais je ne sais pas si je veux encore en prendre maintenant), je ne bois même pas. Je ne sais pas vraiment d’ou vient mon inspiration. J’essaie juste de faire des choses auxquelles les gens n’ont jamais penser ou ne veulent pas penser et j’essaie d’aller encore plus loin.

Haha Marijuana! Lots and lots of Marijuana! That’s about it though, I take mushrooms now and then but I don’t have any interest in anything else (except MAYBE DMT, but I don’t know if I want to go there yet), I don’t even drink. I don’t really know where inspiration comes from. I just try to do things people haven’t thought of or don’t want to think of, and then take it one step further!

– SM : Durant le visionnement du film, on ne peut s’empêcher d’apercevoir des symboles accompagnant une démarche philosophique plutôt tortueuse, et pour éclairé les spectateurs sceptiques une question se pose : Il y a t’il une réelle démarche philosophique à travers tes films où est-ce seulement un enchaînement d’insanités dans un monde cauchemardesque ?  Cette question est presque indispensable quand l’on entend des phrases telles que celle de Labby dog :
« She knows that your testicles are filled with the tears of God and she can use her holes to make him cry. »

Watching the movie, you discover a combination of symbolism as well as a very tormented way of thinking.
Is there a real philosophical thread in your movies, or is it just an insane succession of visual nightmares ?
That question is anavoidable, especially when you hear a sentence like : » She knows that your testicles are filled with the tears of God and she can use her holes to make him cry.  » by labby dog.

 

– SC :  Haha ouais, je crois que je suis taré. Un peu des deux je suppose ! La plupart de mon travail commence à l’intérieur de moi à un certain point horrible puis ça déraille et part dans le crade et le psychotique. Le problème que j’ai avec les films d’horreur moderne, c’est que tout le monde semble vouloir faire des films genre années 80 encore et encore . Les réalisateurs sont effrayés de prendre des risques et de faire quelque chose de fou. C’est tout ce que je souhaite faire ! Je veux faire les films les plus abrasifs et les plus psychotiques jamais faits ! J’enmerde les slashers les zombies le found footage et toutes ces autres conneries que les gens ont crées !

Haha yeah, I guess I’m fucked in the head?
A little of both I suppose! Most of my stuff starts out with me having some sort of point that horrible derails into filth and psychosis! The problem I have with modern horror movies is that everyone seems to just want to make the same 80s movies over and over again. Filmmakers are afraid to take risks and do something crazy. That’s all I want to do! I want to make the most psychotically abrasive films ever made! Fuck slashers, zombies, found footage and all that other bullshit people over do!

– SM : Durant ce film, nous pouvons apercevoir divers blasphèmes, alors, une question s’impose : Quelle est ta position par rapport à dieu et la religion ?
That movie is filled with blasphemy. What is your position facing God and religions?

– SC : J’ai une sorte d’obsession envers la religion, mais pas dans le sens ou je pactiserais avec le diable ou une autre débilité du genre. En fait quand les gens me disent qu’ils vénèrent le diable, moi je trouve qu’ils ont l’air vraiment stupide. J’ai le même problème avec la religion qu’avec l’athéisme. Les deux sont trop sûrs d’eux. Je n’ai aucune putain d’idée de ce qui se passe après la mort mais c’est intéressant de savoir ce que les gens croient et comment ils se contredisent mutuellement.Mais je refuse de croire que tout est sans signification, que nous existons puis disparaissons seulement. Je pense que tous les soirs nous allons nous coucher et nous sommes projetés dans un autre univers que l’on peut sentir comme ci celui ci était le monde réel. Ceci est la prevue qu’il existe une autre dimension mais nous ne la comprenons pas encore . Toutes les nuits nous quittons nos corps et tous les matins nous sommes en quelque sorte replacer avec peu ou pas de conséquences. Avez vous dejà essayé de vous forcer à vous réveiller dans un rêve mais vous vous retrouviez dans une paralysie du sommeil à la place ? Mes films ont pour but de représenter le côté négatif du spectre , où tous les personnages sont sans Dieux et n’ont aucunes idées de ce côté négatif, ils usent cette ignorance afin de nuire aux autres.

I kind of have an obsession with religion, but not in the sense that I worship the devil or anything dumb like that. In fact when people tell me they worship the devil I think they’re just really stupid. I have the same problem with religion as I do with atheism. They are both too sure of themselves. I don’t have a fucking clue what happens after death, but it’s interesting to learn what other people believe and how they contradict each other. But I refuse to believe that it’s all meaningless and that we just exist and then disappear. I think that the fact that every night we go to sleep and are blasted off into another universe that can feel just as real as this one is proof that there is another realm we can’t comprehend yet. Every night we leave our bodies and then every morning we are somehow put back in with little or no consequence. You ever tried to force yourself to wake up during a dream but you end up getting sleep paralysis instead? My films are just meant to portray the negative side of the spectrum, where all the characters are without god and the ones that aren’t have the wrong idea about him/her and use their ignorance to harm others. 

– SM : Pourquoi avoir choisi ce nom d’artiste, qui ne correspond naturellement pas à ta réelle identité ?? Est-ce un pseudonyme de sécurité par rapport au contenu douteux de tes films et aux réactions hostiles des éventuels antagonistes qui auraient pu voir leur conscience ingénue heurtée  ?

You use a pseudonym, why did you choose that option? Is it a way to protect yourself from potential critics and people shocked ?

– SC :  Haha non rien de tout ça . Avant d’avoir commencer à faire des films sérieusement je faisais de la musique sous le nom de ScreamerClauz. Mon réel prénom est Jimmy et au fil des années les gens ont commencé à m’apeller Jimmy Screamerclauz. Ainsi, quand j’ai commencé à faire des films je n’arrivais pas à décider si je devais prendre mon vrai nom ou pas alors j’ai décidé de garder mon nom de scène dans l’espoir que les fans de ma musique soient aussi fans de mes films . Quoique je commence à me faire vieux et ça commence à être un peu ridicule quand les gens m’appellent Screamerclauz haha !

Haha nah nothing like that. Before I started taking movies seriously I was doing music under the name ScreamerClauz. My real first name is Jimmy so over the years people just started calling me Jimmy ScreamerClauz. Then when I started making movies I couldn’t decide whether to use my real last name or not, I decided to just use my stage name in order to hopefully draw fans of my music to my films.  Though I’m getting old now and it’s starting to feel ridiculous when people call me ScreamerClauz haha!

 

-SM :Réalises-tu tous tes films entièrement seul à l’aide de ton ordinateur ou as-tu des collègues ?  Avec quel logiciel et en combien de temps approximatif réalises-tu tes projets ?

Do you produce your films alone with a computer or do you work with others? What kind of software do you use and how long do is take you to complete a project?

– SC : Je fais tout mes films seul. J’utilise une combinaison de cinema 4D avec des personnages apportés via un plugin appelé Interposer. Je fais ma propre capture d’écran avec des caméras Kinect hackées de Xbox 360. J’ai quatre Pc qui restituent les images d’animations toute la journée. Quelques plans peuvent prendre 2 jours pour seulement 10 secondes d’animation !

I do all the animation completely alone. I use a combination of Cinema 4d with stock poser characters brought in via a plugin called Interposer. I do my own motion capture with hacked Xbox 360 Kinect cameras. I own 4 PCs that all render animation frames all day long. Some shots can take two days to render 10 seconds of animation! I haven’t gotten a good grasp on how long this stuff actually takes because I slack off a lot or end up working on a couple projects at once that make things take even longer. Render time is also a huge factor. 

– SM : Qui sont tes artistes préférés tout arts confondus ? Cinéma, musique, littérature…? Et bien sûr, tes films préférés ?

Who are your favorite artists , in the  cinema , in the music, and in the literature ? And of course which are your favorite movies?

– SC : J’écoute beaucoup de off-beat hip-hop comme Death grips , Butchers Harem , Cage , Odd Futre, ect… J’ai grandi en écoutant de la musique industrielle comme Skinny Puppy , Ministry , KMFDM , Nine inch nails , Meat beat Manifesto , et ainsi de suite . J’ai aussi été dans un peu de musique bien crasseuse, du Dubstep de merde ainsi qu’un peu de musique des producteurs  Witch House. J’ai aussi été dans un groupe de death country appelé Those poor Bastards, j’aime beaucoup ce groupe. Je me suis jamais trop occupé du Punk et du Metal sauf quelques exceptions ici et la . Déterminer mes films preférés est toujours quelque chose de difficile …J’aime beaucoup les films d’horreur des années 80 et les comédies bizarres et excentriques. J’aime vraiment Menace to society , les gens semblent toujours autant surpris par ce film.

Oh boy let’s see. Musically I listen to a lot of off-beat hip hop like Death Grips, Butchers Harem, Cage, Odd Future, etc. I grew up listening to industrial music like Skinny Puppy, Ministry, KMFDM, Nine Inch Nails, Meat Beat Manifesto, and so on. I’ve also been getting into some of the really grimy, nasty Dubstep shit, as well as a few Witch House producers. I’ve also gotten into this death country band called Those Poor Bastards that I really love a lot.  I never really cared for Punk or Metal with a few exceptions here and there. Figuring out my favorite movies is always tough. I like a lot of 80s horror movies and weird off-beat comedies. I really like Menace to Society a lot too, which people are always seem surprised about.  

– SM : Concernant la suite, as-tu des nouveaux films à venir ? J’ai vu des infos à propos d’un film intitulé  » When the black birrd fly » . Pourrions nous avoir quelques alléchantes anecdotes et informations sur celui-ci ? Comptes tu continuer à faire tes œuvres sous forme de dessins animés durant le restant de ta carrière artistique ?

What are your future projects? I read about a movie called “When the black bird fly”. Could you give us some insight regarding that? And finally, will you always stick to the cartoon format for the rest of your artistic career?

– SC : En ce moment je travaille sur un nouveau film animé appelé “When black birds fly “ avec la même distribution ( et quelques nouvelles personnes !) . Il y aura des éléments simillaires à Where the dead go to die mais ça restera totalement différent. Je travaille également sur un court métrage , j’essaie de jongler avec ces deux projets mais c’est dur !!!! J’espère ne pas toujours devoir rester dans le format animé , mon objéctif est d’utilisé ces films d’animations pour constituer mon chemin afin de faire , je l’espère , des choses à plus gros budget , mais on verra bien ce qui se passera !

Right now I am working on a new feature animated film called “When Black Birds Fly” with a lot of the same cast (plus a few new people!).  It will have similar elements to WTDGTD but it’s still completely different. I’m also working a new short film, I’m trying to juggle both but it’s hard!!! I hope I don’t always have to stick to the cartoon format, my goal is use these animated movies to manipulate my way into hopefully doing bigger budget things, but we’ll see what happens!  

Merci à Jimmy pour cet interview et merci à Jérémie (LSDS) ainsi qu’à Anaïs pour la traduction de l’interview.

0 Partages
Cet article a été publié dans Artistes étranges, Extrême, Interviews, Musique, Vidéos. Mettre en favori le Permalien.

3 Responses to ScreamerClauz (Cinéaste, Musicien, Graphiste) – Artiste à découvrir + Interview

  1. Vince12 says:

    J’ai vu les œuvres du bonhomme cités en haut ! C’est vraiment très avant-gardiste et spécial. Je trouve pourtant qu’il y’a aussi un second degré dans ses films. Et d’un autre côté ça touche vraiment à l’inconscient. En tout cas son style est unique. J’aime bien son débat dur la religion et l’athéisme dans l’interview.

  2. eelsoliver says:

    Une interview très intéressante qui permet de mieux saisir l’univers de cet artiste décidément très à part !

  3. Pingback:American Guinea Pig Bouquet of Guts and Gore - Nouveau souffle pour la saga | Sadique Master

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *