Bad Tripes (Splendeurs et Viscères) (Nouvel album)

Splendeurs et viscères, en voilà un titre explicite, n’est-ce pas ?

Anti-Conformiste, décalé, hystérique, engagé et sanglant, Bad tripes revient en force pour son deuxième album qui tache. Il suffit de voir la tracklist pour se rendre compte que de nombreux titres sont en réalité des jeux de mots directement dérivés d’expressions et termes populaires tel que Foutre tombe, La laideur du geste ou Ami public numéro 1 (pas besoin de vous citer l’expression originale je pense).

Dès le début on oscille entre morceaux à la rythmique Rockn’roll et Metal mélodique saupoudré paroles ironiques criantes de vérité traitants à la fois les femmes faciles des publicités se disant libre mais se vautrant dans les pires clichés, les mannequins superficielles, leur manque de dignité. Et directement s’ensuit d’un morceau paradoxal mais finalement assez proche sur l’éducation primaire et grégaire des hommes et de leurs pulsions sexuelles/machistes envers les femmes qui assument tout simplement leur féminité parfois vont jusqu’à culpabiliser de se faire violer en pensant l’avoir provoqué. La frontière est étroite mais le sujet bien mené.
Quelle belle entrée en matière pour une satire sociale des sexes encore bien trop dit « inégaux ».

Mais alors, ne négligeons pas le côté musical riche, éclectique et variant à chaque musique car celui-ci est un délice pour les oreilles.
Légèrement plus loin, on découvre des morceaux plus « trash » mais toujours charmant tels « les noces de sang » ou encore des morceaux pessimistes où toujours règne une bonne touche d’ironie. Car Bad tripes aime l’ironie et la voix hystérique et douce de la gracieuse Hikiko Mori est parfaitement adéquate à cela.
Bad tripes ne manque pas non plus de culture avec « Le radeau ivre » (clin d’œil à Rimbaud et son splendide poème « Le bateau ivre »).
Et pour revenir dans le vif du sujet « foutre tombe » vient nous charmer et nous faire headbanger sur le thème si précieux et si cher de la nécrophilie…
Alors oui le sperme et le sang reviennent souvent mais entre nous, c’est tellement bon !
Et c’est aussi là qu’on voit qu’ils prédominent et se cachent derrière de nombreux sujets.

Pour clôturer le tout viennent s’immiscer des derniers morceaux engagés où la télévision si sacralisé devient une identité qui repend sa propagande et lobotomise les « humains » et où l’art et la muse (et même les opportunistes) parfois prétexte de mauvaises intentions sont remis à leurs places. Tout ça à travers une musique orgasmique où s’entremêlent solos de guitare et sonorités électro.
Vous pouvez vous procurer l’album à cette adresse : http://badtripes.bigcartel.com/ (il sera expédié à partir du 15 novembre).

Et voici un clip pour vous convaincre encore et encore que Bad tripes c’est génial [vsw id= »zMWk7v3GR-o » source= »youtube » width= »425″ height= »344″ autoplay= »no »]

Cet article a été publié dans Non classé. Mettre en favori le Permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *